le landais

Le poney landais, Poney des Barthes ou Barthais est une race de poney originaire du département des Landes, et plus précisément de la circonscription de Pau. Souvent qualifié de pur-sang arabe miniature, le landais est un poney très ancien à l'histoire riche, qui connait aujourd'hui un renouveau dans l'équitation de loisir et les compétitions pour poneys.

Histoire

Origine

Gravure d'un cheval Camargue et d'un poney landais dans une encyclopédie zootechnique de 1861

Le poney landais est une race très ancienne dont l'ancêtre serait le Tarpan des steppes[1]. Sa présence en Aquitaine est signalée dès la préhistoire. Il a ensuite très certainement reçu des infusions de sang arabe et barbe dues à l'abandon de nombreux chevaux par la cavalerie d'Abd el Rahman défaite à Poitiers, et aux invasions successives[1], puis il fut croisé avec des anglo-arabes[2].

Déclin

Deux populations de poneys ont longtemps co-existé dans le département et évolué différemment. Le poney des pins, ou Lédon, qui vivait sur la côte, avait un corps fin et vivait dans les dunes de sable du littoral[2]. Le poney des Barthes ou Barthais, plus épais, vivait à l'intérieur des terres, dans les prairies et les marécages bordant l'Adour[1]. Des croisements entre les deux souches ont existé au début du XXème siècle, puis la population de poneys des pins disparut après la Seconde Guerre mondiale[1],[2]. Le poney Barthais forme donc la souche du poney landais actuel[1].

Plus récemment, le poney landais issu des prairies marécageuses des Barthes de l'Adour était utilisé pour les menus travaux des champs et les déplacements de commodité. Il fut également exploité à plus grande échelle dans les mines d'outre-Manche vers lesquelles des troupeaux entiers étaient exportés.

Sauvegarde

Le poney Landais doit son succès d'aujourd'hui à un groupe d'éleveurs, qui en 1967, décide de sauver les derniers descendants de la race. Un recensement des animaux correspondant au type originel est effectué, permettant de retenir une cinquantaine de poneys. Des recherches permettent également d'identifier des poneys landais en dehors du berceau de race, dans le Maine-et-Loire et en région parisienne.

En 1969, la race du poney Landais est officiellement reconnue par l'Institut du cheval. A cause d'un fort taux de consanguinité et de la menace d'extinction, il est décidé conjointement avec le directeur du Haras National de Gelos de l'époque d'infuser du sang de chevaux pur-sang arabes et de poneys welsh B. Ces croisements tendent à rapprocher les poneys du modèle de l'ancien poney des pins[2].

Vers 1975, cette politique d'élevage permet la sélection de nouveaux étalons. Cette période coïncide avec la vulgarisation de l'équitation et le début du "boom" de l'équitation à poney, le poney Landais devient alors le complice des enfants aussi bien pour la compétition, où il excelle quelle que soit la discipline, que pour le loisir ou sa grande stabilité de caractère en fait un poney sécurisant.

Les populations de Poneys landais sont situées principalement dans la circonscription de Pau et le berceau de race est le département des Landes, mais on trouve des landais dans toute l'Aquitaine, en Midi-Pyrénées, en région parisienne, en Bretagne, et dans la région Centre[1].

Morphologie et caractère

Le Poney Landais est souvent qualifié de pur-sang arabe miniature[2]. C'est un petit cheval harmonieux avec une tête carrée, fine et sèche, large au niveau des yeux et surmontée de petites oreilles qui pointent vers l'avant[2]. Son encolure est bien orientée, l'épaule oblique et le poitrail ouvert, le dos court et rectiligne. Sa hauteur au garrot va de 1,18m à 1,48m[2]. Le dos est porteur, la croupe simple et les membres secs. La queue et la crinière sont bien fournies[1]. Les robes admises sont le bai, le noir, l'alezan et le chocolat. Balzanes et marques en tête sont autorisées[1].

Aptitudes et utilisation

Animal rustique habitué à la vie de plein air, il s'adapte à tous les climats. Son endurance en fait une bonne monture de tourisme équestre pour les randonnées et les promenades, et un bon cheval de compétition pour les jeunes[1]. C'est un excellent poney attelé et un remarquable trotteur y compris sur les hippodromes, qui excelle aussi dans les trois disciplines olympiques : dressage, saut d'obstacles et concours complet[

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×